Forum shito-ryu Index du Forum
Forum shito-ryu Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Les armes dites "ninja"

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum shito-ryu Index du Forum -> ¤ Katsuro ¤ -> Culture -> Arts martiaux
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Oktakup no Usagi
Modérateurs

Hors ligne

Inscrit le: 22 Sep 2011
Messages: 90
Localisation: Imari
Masculin

MessagePosté le: Lun 26 Sep - 00:49 (2011)    Sujet du message: Les armes dites "ninja" Répondre en citant

Le grappin :Le kaginawa (鈎縄)
Un outil ou bien une pique de lance ramasser sur le champs de bataille constitue une arme de fortune , mais sous cette forme la il s'agit d'un élément indispensable et souvent unique équipement d'infiltration des ninja. Le grappin permet l'intrusion au delà d'obstacle infranchissable , Mais aussi la création de  passage au dessus du vide si il est lancé pour agripper une cible.
Sur l'eau c'est une encre pour immobilier l'embarcation de petite taille, ou l'amarrer.

Le trident : Le Sai (釵)
Le sai est un trident en métal. Le sai est utilisé par paire mais autrefois, le combattant avait souvent un troisième sai dans sa ceinture, au milieu du dos, qu'il pouvait lancer en direction de l'adversaire ou avec lequel il pouvait remplacer un sai brisé lors du combat. Il y a 8 katas de sai.
Le sai-jutsu aurait probablement été introduit à Okinawa par des marins de Sumatra ou de Java. Cet art aurait aussi été connu des moines bouddhistes voyageant à travers le Japon. Son utilité d'origine est inconnue. Certains prétendent qu'il s'agissait d'un outil pour repiquer le riz. D'autres pensent que les paysans utilisaient les vieux bouts de lance trouvés sur les champs de bataille. Peut-être étaient-ils conçus spécifiquement comme arme dès le départ.
Pratique pour désarmée ou bloquer une longues lames pour ensuite d'une friction de poignée la tordre jusqu'à ce que le métal cède et brise la lame a l'instar de la Jutte (jitte) .

La truelle : Le kunaï
Le est une arme de corps a corps utilisée par les ninjas, autrefois, et pouvant être lancer, servir d'une aide pour escalader, comme d'une attelle, comme outil de jardinage ou pour crocheter des portes et autres.
inventé pendant l'ère de Tensho du Japon. Le kunaï était normalement fabriqué en fer bon marché forgée et non poli. La lame n'était pas aiguisée, car ses bords étaient employés pour casser le plâtre et le bois, pour creuser des trous et pour soulever. Le kunaï a été employé par les gens du peuple en tant qu'outil de jardinage universel et par des tailleurs de pierre et des maçons.
Contrairement à la croyance populaire, ils n'ont pas été conçus en tant qu'arme de lancer, bien qu'ils puissent certainement être jetés et causer des dommages. Le ninjutsu est très souple sur la manière dont il utilise des armes et des non-armes. Un ninja pourrait être jardinier pendant le jour et employer un kunaï sans soulever de soupçon.


La matraque : Le tonfa (トンファー)
À l'origine, le tonfa est le manche d'une meule servant à moudre les céréales. On retrouve son utilisation dans la Chine ancienne mais c'est dans l'île d'Okinawa que son utilisation guerrière se répend et qu'une véritable méthode de combat est mise au point. La prise Honte-Mochi du tonfa se fait en entourant la tsuka (poignée) avec la main, le tonfa tenu le long de l'avant-bras. Dans la prise Gyakute-Mochi, la partie longue du tonfa est dirigée vers l'avant. Il existe également une prise spéciale, Tokushu-Mochi, qui consiste à tenir le tonfa par la partie longue. Le tonfa s'utilise généralement par pair. Il y a 2 katas de tonfa dans le programme technique
  Le fléau : Le nunchaku (ヌンチャク 双節棍)
sōsetsukon : L'origine du nunchaku est chinoise. On lui donnait les noms de Shuang-chin-kun, Liang-jie-gun, Shao-tse-gun ou Setsu-kon. Il était utilisé, à la base, pour battre le grain. La prise Honte-mochi du nunchaku se fait en aggripant chaque branche à la partie libre. Il existe d'autres prises: Gyakute-mochi, Tokushu-mochi, Ippon-tsuki-mochi et Tatami-tsuki-mochi.
La plupart des gens sous estiment grandement la dangerosité du nunchaku, un coup de puissance moyenne avec un nunchaku d'environ 300 grammes est suffisant pour mettre hors combat presque n'importe quel adversaire et même de fracturer un os sans trop d'insistance. Un essai a été effectué avec un nunchaku de combat de 600 grammes, avec un coup de pleine puissance l'énergie cinétique développée est équivalent à une explosion de 0,5 gr de T.N.T ou d'un impact d'une balle de calibre .45 ACP! Une batte de baseball ne fait pas plus de dégâts pour un poids largement moindre pour le nunchaku. C'est une arme d'une extrême efficacité dans des mains expertes. La méfiance est de mise face a quelqu'un qui manie un nunchaku.
Le nunchaku a deux vulnérabilités principales :
  1. après contact du nunchaku avec une surface (de chair ou autre), le pratiquant doit reprendre son contrôle avant de pouvoir attaquer à nouveau car son mouvement n'est plus prévisible (par exemple, en amortissant son mouvement sur ses cuisses et en le relançant). Cela est principalement un handicap si le coup n'a pas touché l'adversaire mais l'environnement, ou s'il y a plusieurs adversaires.
  2. Le joint flexible (corde, chaîne) est à la base du mouvement. La police australienne aurait renoncé à l'utilisation du nunchaku après avoir constaté qu'une défense possible contre celui-ci était de glisser un bâton au niveau du joint. Le nunchaku s'enroule alors autour de ce point de pivot improvisé et, en levant le bâton, l'adversaire pourrait en théorie arracher le nunchaku des mains de son utilisateur.


La serpe : Le Kama  (カーマ)

Le kama était traditionnellement utilisé dans l'ensemble du sud-est asiatique pour couper le riz ou autres cultures. Cet instrument agraire fut utilisé par les paysans contre les invasion ou les raids de pirates. Cette technique intégra les kobujutsu d'Okinawa il y a environ quatre siècle, lors de l'invasion des Samurai du clan Satsuma et de l'interdiction de posséder des armes qui s'en suivi.
La prise du kama se fait en tenant la base du manche. la lame est éloignée de la main. C'est la prise Honte-Mochi. Dans la prise Gyakute-Mochi, le kama est tenu le long de l'avant-bras avec la lame près du coude, s'éloignant de celui-ci.

Les lames fine a lancer :Le "shaken" shuriken (車剣)
C'est un couteau a lancer qui est utilisée dans le cadre du shuriken-jutsu. Cet art martial fait partie intégrante de l’étude des ninjas.
Contrairement à certaines idées reçues, cette arme est relativement peu efficace, et donc peu utilisée, en combat direct. Elle est plutôt utilisée afin de distraire l’adversaire ou dans des embuscades où la rapidité d’attaque est essentielle.
en forme d’étoiles. Il n'existe à proprement parler qu'une poignée de formes pour ces shuriken. Les "tranchants" (en effet, les shaken n'étaient que très relativement affûtés, pour des raisons pratiques) sont droits et ne comportent pas de décrochés. Les shaken en forme de pentacles, ou en étoiles à huit, douze, quinze pointes comme on les voit dans le commerce actuel n'ont pas existé, sinon en tant qu'exercice de style. Quatre pointes étaient parfaitement suffisantes puisqu'aucune ne gêne l'autre en pénétrant dans la cible : en effet, si les pointes sont nombreuses, l'écart entre deux pointes sera faible et pendant qu'une pointe pénètrera dans la cible, les pointes les plus proches freineront sa pénétration, d'où la nécessité d'avoir des pointes espacées, ce qui permet en outre de conserver des "lames" larges et donc solides.
Toutefois outre le lancer, cette arme peu efficacement se dissimuler dans une manche ou un gants prévu a cet effet pour disposer d'une petite lame acérée dans les combat rapprocher (corps a corps et main nue )



Le sabre d'appoint : Le Ninjatō (忍者刀)
est une arme blanche à lame droite, de longueur proche de 50 centimètres, maniées par les ninjas au Japon.

Comme plusieurs éléments concernant les ninjas, l'existence historique de cette arme n'est pas clairement établie. Certains défendent l'idée que ces armes auraient été forgées lors de la Seconde Guerre mondiale dans le cadre d'une propagande nationaliste. D'autres affirment que le statut particulier des ninjas dans la société féodale japonaise de l'Ère Edo expliquerait la destruction de la plupart de leurs traces lors de la Restauration Meiji.
En tout état de cause, les premiers ninjas auraient utilisé un katana identique à celui des samouraï. La longueur de l'arme, portée dans le dos afin de se déplacer plus facilement, posait problème lors de l'escalade de murs, de passages étroits, et était très difficile à dégainer dans des espaces restreints. Ces exigences auraient conduit à une évolution de l'arme vers une lame plus courte, droite (plus aisée à dégainer quand portée dans le dos), convenant à une utilisation en combat très rapproché et d'embuscade. Face aux katana et wakizashi, qui privilégiaient la coupe de taille, le ninjatō, équilibré sur la garde et manié d'une seule main, aurait favorisé les techniques d'estoc (tsuki), dans le cadre du shinobi kenjutsu, le kenjutsu des ninjas.
Les restes de ninjatō aujourd'hui disponibles sont des lames faites d'un acier de mauvaise qualité, proche de celui des instruments agricoles, très cassant en particulier en cas de choc avec une lame de qualité supérieure, comme celle des sabres des samouraïs. Cette mauvaise qualité s'expliquerait par les conditions d'existence des ninjas. Appuyés sur des bases rurales, ils auraient confié la confection de leurs armes aux forgerons locaux, non formés aux techniques de fabrication des sabres nobles. Par ailleurs, les ninjas ne partageaient pas le respect des samouraï pour leurs armes, et n'hésitaient pas à les abandonner besoin étant.


Le bâton : Le  shaku (environ 30 cm): le rokkushaku- (1m80)

Un bō ou kon, est un très long bâton, en bois ou en bambou, parfois recouvert de métal.

Un bō de grande taille est parfois appelé un rokushakubō (六尺棒, ろくしゃくぼう). Ce terme vient des mots japonais roku (六, ろ) signifiant six, shaku (尺, しゃ) équivalent à 30,3 centimètres et bō. Les bō sont très variés, il y en a des lourds et des légers, des rigides et de très flexibles, de simples pièces de bois et des objets d'art finement décorés.

L'art martial japonais permettant la maîtrise du bō est le bō-jutsu.

Le principe de base de cet art, est d'accroître la force délivrée lors d'un coup par une des extrémités du bâton, grâce au bras de levier, d'autant plus important que le bâton est long.
Le Bo est un bâton long existant en plusieurs grandeurs. Le bo généralement utilisé est de 1m80 (6 pieds) ou coupé à la grandeur de l'utilisateur. C'est l'arme la plus développée dans les Ryukyu Kobujutsu et le programme de bo contien 22 katas. La longeur des bo est mesurée en shaku (environ 30 cm): le rokkushaku-bo (1m80) est l'arme prédominente. On retrouve également le sanshaku-bo (90cm) également appelé Jo, et le kyushaku-bo (2m80). Une autre arme dans la famille des bo est le eiku ou kai, la rame.Le bo-jutsu est originaire de Chine et on le retrouve sous plusieurs formes: rond, hexagonal, octogonal et même carré. Le bo d'Okinawa est généralement plus petit aux extrémités qu'au centre. Ceci permet un un balancement parfait de l'arme et facilite son utilisation tout en augmentant la résistance du bo.

La prise du bo se fait une main à chaque tiers du bâton. Dans la prise Honte-Mochi, les deux pouces sont dans la même direction et dans le Gyakute-Mochi, les deux pouces sont orientés vers le centre du bâton.
_________________


Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Lun 26 Sep - 00:49 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum shito-ryu Index du Forum -> ¤ Katsuro ¤ -> Culture -> Arts martiaux Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com