Forum shito-ryu Index du Forum
Forum shito-ryu Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Guide sur le RP dans SK

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum shito-ryu Index du Forum -> ¤ Shogun Kingdoms ¤ -> Tutaux
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Oktakup no Usagi
Modérateurs

Hors ligne

Inscrit le: 22 Sep 2011
Messages: 90
Localisation: Imari
Masculin

MessagePosté le: Mar 4 Oct - 18:40 (2011)    Sujet du message: Guide sur le RP dans SK Répondre en citant

    1 - Shogun Kingdoms – Un monde RP



Salut à toi ! Tu viens de t’inscrire sur Shogun Kingdoms, tu as sûrement choisi un pseudo, à consonance asiatique vu le design du jeu, du moins c’est préférable et de te créer un personnage, femme ou homme. Ce pseudo que tu as choisi est le nom que ton personnage portera tout au long de son existence jusqu’à sa mort, pas la tienne bien sûr, tu peux tout a fait faire mourir ton personnage pour en recréer un autre. Mais attention ! Tu n’as pas le droit d’avoir plusieurs comptes/personnages sur Shogun Kingdoms, ca s’appelle du multi-compte et c’est formellement interdit par les administrateurs et c’est passible d’éradication : c'est-à-dire la suppression définitive de ton compte.

    Shogun Kingdoms ? Késako ?

Shogun Kingdoms est le troisième jeu de la série De Gloria Regni de la société Celsius Online. De Gloria Regni est le portail de liaison des trois jeux Les Royaumes Renaissants, Native Kingdoms et Shogun Kingdoms. Les trois jeux se déroulent donc à la même époque c'est-à-dire, lorsque nous nous sommes en 2010, nos personnages eux sont en 1458 sur le calendrier grégorien. Shogun Kingdoms est un jeu MMORPG, c’est-à-dire un jeu où l’on interagit avec les autres joueurs et où l’on pratique le RP sur le forum.

    Gné ? RP ?

RP est l'bréviation de Role Play. C’est la plus grande partie du jeu pour les personnes complètement investies. Le Role Play consiste à faire agir son personnage, à lui faire vivre des scènes, uniques ou quotidiennes, par l’écrit. Il y a différents codes dans le RP que je vous expliquerais par la suite.

    Mais… Il y a beaucoup d’abréviations comme ca ?

Oui, les rolistes (les personnes faisant du RP) utilisent régulièrement les abréviations suivantes :
RP => Role Play => Ce qui se passe dans le jeu, sur le forum, ce que vous faites faire à votre personnage.
IG => In Game => Ce qui a rapport avec l’interface du jeu, ce qui est codé par les admins. Les fonctionnalités proposées par les admins qui peuvent être interprétés de façons différentes dans le RP.
HRP => Hors Role Play => Ce qui concerne le RP mais que votre personnage ne sait pas. Par exemple, vous joueurs savez qu’il est question de RP, d’IG, de HRP, c’est vous le joueur qui lit ce guide, pas votre personnage. C’est le joueur qui parle.
LJD => Le Joueur Derrière => LJD Murakawa par exemple, ben c’est moi. On dit cela pour parler au joueur du personnage et ne pas confondre les deux.
IRL => In Real Life => Dans la vraie vie, qui n’a rien à voir avec le jeu. Par exemple, je peux vous dire que moi LJD Murakawa je mange un steak en ce moment, à vrai dire ca va pas vous aider à devenir puissant dans le jeu.

    Donc si j’ai tout compris, mon personnage évolue dans un univers que l’on appelle IG et qui est complété par le RP ? Mais quel est cet univers ?

Comme je te l’ai dit tout à l’heure, l’univers de ce jeu se déroule au Japon en 1458. On est alors dans le Japon Médiéval, à l’époque de Muromachi. L’Empereur se nomme Hikohito et est joué par un des administrateurs. Il y a également deux religions : le Bouddhisme et le Shintoïsme. Le Bouddhisme est la religion de l’empereur mais le Shintoïsme domine les coutumes du peuple, elle est donc la religion IG.
    Ca veut dire que je vais pouvoir être un samouraï ou une geisha ?! Super !

Pas tout à fait non, samouraï et geisha ne sont pas tout à fait des termes adaptés à l’époque du jeu. Mais, devant un souci d’accessibilité du jeu au plus grand nombre, le terme samouraï pourra être utilisé pour désigner un guerrier bien que bushi soit plus adapté. Quant aux Geishas elles n’existaient pas vraiment à l’époque, mais on peut trouver plusieurs alternatives. Avant les geisha, il y avait les taikomochi ou hōkan qui étaient au service d’un maître mais c’était généralement un métier d’homme, les femmes faisant ce métier étaient appelés onna taikomochi. Concernant les geishas qui se prostituaient, on peut le remplacer par le terme daruma.

    Mais je suis quoi moi pour le moment ?

Pour le moment, tu n’es pas grand-chose. Tu viens d’arriver dans le jeu et IG tu es niveau 0, dans le RP on traduira le niveau 0 par le statut de vagabond. Bon comme tu n’as sûrement pas envie d’être indéfiniment niveau 0, je vais t’aider un peu. Pour passer niveau 1 et donc devenir paysan et acquérir une parcelle de terre il te faudra réunir 90 kobans (c’est la monnaie sur Shogun Kingdoms) et 5 points d’honneur.

    Gnerf ? Points d’honneur ? C’est quoi ? On en a comment ?

Les points d’honneur sont des points qu’ont peut obtenir par plusieurs moyens : en travaillant au sanctuaire ou en embauchant des personnes dans sa propriété. Au niveau 0, tu ne pourras en avoir qu’en travaillant au sanctuaire donc. Mais dans les points d’honneur, il y a les points de confiance que les joueurs t’accordent, à chaque niveau tu as une limite de points de confiance. Pour que les joueurs t’accordent leur confiance va en Gargote pour leur parler ou sur le forum. Au niveau 0, tu peux avoir que 3 points de confiance, il te faudra donc travailler 2 jours au sanctuaire. Attention ! Mendier te fait perdre 1 point d’honneur !

    Et alors les kobans je les gagne comment eux ?

Dans un premier temps tu vas devoir travailler à la mine pendant plusieurs jours et comme je te l’ai dit tu devras aussi travailler deux jours au sanctuaire pour une modeste somme de 5 kobans.

    Ca y est ! Je suis niveau 1 ! Je fais quoi maintenant ?

Le passage au niveau 2 sera plus long, pour le moment tu vas devoir cultiver ton champ et monter tes caractéristiques pour passer au niveau suivant. En attendant tu peux aller en gargote, faire du RP sur le forum etc.

    Le RP on en parle depuis le début, mais comment on en fait ?!

J’allais justement y venir. Comme je te l’ai dit, le RP consiste à jouer et faire agir ton personnage par des écrits. Pour cela, il y a différents codes à respecter.
Citation:
Les actions, les pensées et tout ce qui s’y rapporte : en italique !
- Vos paroles en gras et noir.
- Les paroles d’une autre personne en gras et d’une autre couleur

Il y a quelques règles importantes à respecter :
Utiliser un français correct. C'est-à-dire pas de langage sms ou d’abréviations.
Il est interdit de faire agir, de blesser ou tuer un autre personnage sans l’accord du joueur !
Eviter le plus que possible les commentaires HRP dans un sujet RP.
Nous nous trouvons dans un jeu réaliste et historique, donc votre personnage est quelqu’un de normal, pas un super héros, pas un elfe, rien de tout ca. Pas de dragon non plus, mais vous pouvez bien sûr jouer un fou qui croit avoir un pouvoir, mais il ne l’aura pas.
Et bien sûr, il ne faut pas faire intervenir des choses qui n’existaient pas encore, votre personnage ne va pas aller regarder la télé en mangeant un hot dog tout droit sorti du frigo.

    Et comment je reconnais un sujet RP d’un autre ?

On reconnaît les différents sujets à leur titre qui doivent être balisés. Par exemple pour tout sujet RP, l’on doit trouver devant le titre la balise [RP], pour le HRP : [HRP] et pour l’IRL [IRL]. Tu pourras parfois trouver des balises tels que [Censure], ce sont des sujets concernant la censure du forum, ceux qui veillent au bon déroulement de la bonne ambiance du forum. On peut inventer toute sorte de balises.

    Merci ! Je pense être prêt pour parcourir le Japon et être un bon roliste !

Voilà ! Tu pourras trouver bien d’autres informations sur la FAQ :
http://faq.shogunkingdoms.com/

    2 - TRADITION, US ET COUTUMES MÉDIÉVALES JAPONAISES


    Le Mon

C'est l'équivalent japonnais du blason. Il est mis sur les armures des guerriers et sur le kimono des vassaux de la famille. Sur les champs de bataille, les guerriers ont toujours des drapeaux (noboris) dans leur dos pour montrer son appartenance et éviter la confusion.

    De bonnes manières

L'haleine : les gens polis ne souillent pas de leur haleine les personnes d'un rang supérieur au leur. Il en va de même des femmes vis à vis des hommes. C'est pourquoi les japonais ont l'habitude de tenir leurs éventails ou leur main près de leur bouche lorsqu'ils parlent ou rigolent. Cette règle s'étend de manière particulièrement drastique aux possessions de ces personnes. Pour symboliser le respect qu'ils ont de la hiérarchie, ils ont souvent des papiers exclusivement réservés dans leurs manches qu'ils mettent dans la bouche lorsqu'ils touchent ou manipulent des objets importants. De fait, un samouraï qui prend soin de l'épée de son souverain mettra dans la bouche une boule de papier, un prêtre shinto, lui, le fera lorsqu'il manipulera un objet sacré. De même lorsqu'un samouraï lit une lettre de son seigneur.

S'abaisser : Les individus bien élevés s'inclinent devant leurs égaux, mais s'agenouillent front contre terre devant leurs supérieurs. Le nombre de courbettes et la profondeur de celles-ci dépendent exclusivement du rang social du bénéficiaire. Les femmes s'inclinent toujours plus profondément. On s'agenouille également dans la rue, au passage d'un seigneur ou d'un noble et de leur suite. Si tel n'est pas le cas, l'impertinent le paie toujours de sa vie. De même en est-il aussi pour le Mikoshi (temple portatif) pendant les fêtes religieuses. Si on ne s'abaisse pas devant l'idole, alors les porteurs peuvent venir saccager la maison de l'impudent.

Entrer dans une maison : Il existe plusieurs règles de courtoisie dans la maison au Japon, du plus grand palais à l’humble chaumière. Une des plus familières aux Occidentaux concerne les chaussures, qui sont ôtées. En entrant dans une maison, les individus polis retirent leurs sandales et marchent en chaussettes. Les sols au Japon ne sont pas cirés, ou lavés, mais sont balayés ou recouverts de tatami (nattes en paille) : la seule façon de les protéger de la dégradation et de la saleté de l’extérieur est de laisser ses souliers à la porte.

    L'étiquette de l'épée

Chez un ami, un samouraï retire son katana dans la salle d’entrée et le place sur le râtelier prévu à cet effet. Chez un étranger, le samouraï pose son katana devant lui lorsqu’il s’agenouille sur le tatami. S’il est posé sur sa droite, de manière à ne pas pouvoir être dégainé facilement le samouraï affirme implicitement qu’il a confiance en son hôte. S’il la pose sur sa gauche, il laisse entendre qu’il se méfie de son hôte ou que ce dernier doit se méfier de lui. Si l’invité passe dans une autre pièce ou même dans un autre coin de la salle où il se trouve, il emmène son épée. Le wakizashi reste dans son obi, car il est trop court pour le gêner lorsqu’il s’agenouille.

Il est très impoli de poser le katana garde en avant, de manière à ce qu’elle soit face à l’hôte, car cela laisse entendre qu’il est trop maladroit avec cette arme pour s’en emparer et constituer un danger. Il est impoli de la part de l’hôte de porter des épées lorsqu’il reçoit un invité, mais elles se trouvent généralement non loin de là, sur leur râtelier.

Il est très impoli de marcher sur l’épée de quelqu’un au lieu de la contourner ou de la toucher sans la permission de son propriétaire. Les samouraïs dont les fourreaux se touchent par hasard dans les rues encombrées d’une ville dégainent souvent immédiatement et tentent de s’entre-tuer pour effacer l’insulte.

Lorsqu’un samouraï entre dans un théâtre ou dans le quartier des geishas, il laisse ses épées à l’extérieur (à peu prés comme un Occidental laisse son manteau au vestiaire avant d’entrer dans une boîte de nuit).

On parle quelquefois de l’épée d’un samouraï comme de son Âme. Son katana et son wakizashi sont généralement des dons de son seigneur, que ce soit directement ou par l’intermédiaire de l’ancêtre qui les a reçus à l’origine. Perdre son épée ou se la faire voler est une honte qui ne peut être effacée que par le suicide.., ou la récupération de l’arme.

Parmi les Buke, il existe une courtoisie spéciale dans le port et le maniement des deux épées, une marque de rang. Tous les hommes de la caste des Buke ont le droit de porter un Katana et un Wakizashi, le «Daito» et le «Shoto». Portés ensemble, cette paire d’armes est appelée le «Dai-sho»
Tout insulte faite à l’épée est une insulte au porteur de l’arme et ne peut être vengée que par l’utilisation de l’épée. Même toucher le fourreau de l’arme d’un Samouraï est une insulte entraînant un combat. Les rues surpeuplées peuvent alors se transformer en champ de bataille si deux guerriers, dont les fourreaux se sont heurtés quand ils se sont croisés, dégainent leur arme pour venger l’insulte.

Le Katana est porté dans la large ceinture du Buke. Quand il est porté sans intention d’être utilisé, le tranchant de la lame est orienté vers le sol. C’est un signe d’intention pacifique, car dégai­ner en «Iaijutsu», une attaque soudaine, est impossible avec l’arme dans cette position. Porter l’épée avec te tranchant vers le haut est la position normale d’utilisation. Prendre l’arme et la tour­ner en position de combat, en abandonnant la position «paisible», est considéré comme un geste de défi.

En entrant dans une maison, la courtoisie demande que le Samouraï retire le Katana de sa ceinture, toujours dans son fourreau, pour le laisser à l’entrée. Dans les maisons nobles ou riches, une servante attend à la porte pour recevoir les armes. Celles-ci sont rangées dans un râtelier spécial, et sont rendues à leur pos­sesseur quand il part. Dans une maison amie, un visiteur retira son Wakizashi quand il s’assoit face à son hôte, le posant à côté de lui. Dans une maison où la situation est plus tendue, l’invité garde son arme la plus courte.

En présence d’un Daimyo, seuls ses gardes personnels et ses fidèles les plus éprouvés ont le droit de garder leur Katana. Une des plus grandes marques de confiance qu’un Daimyo peut accorder est le droit de venir en sa présence en étant complètement armé.

    Contempler les têtes

Les Japonais ont un mot pour désigner les têtes fraîchement coupées: ils les appellent Nantakubi. Dans les batailles importantes, un samouraï peut couper la tête d’un ennemi célèbre. Il la plante sur son kozuken (un petit couteau qu’il garde dans le fourreau de son katana) et va la montrer à son général (de cette façon, il ne touche pas la tête directement et n’est donc pas souillé par le sang. Il n’aura pas besoin d’aller se purifier dans un sanctuaire shinto). Les têtes d’individus réellement célèbres sont conservées dans des boîtes spéciales. On les montre par la suite à leurs partisans ou à leurs proches pour les convaincre qu’ils sont bien morts.

Cette coutume impose aux samouraïs de prendre un soin tout particulier de leur tête avant une bataille. Ils parfument leurs cheveux avec de l’encens, noircissent leurs dents ou les brossent soigneusement pour s’assurer qu’elles seront blanches et pas jaunes. Beaucoup de jeunes samouraïs, craignant qu’après leur mort on ne confonde leur tête avec celle d’une femme, se laissent pousser la moustache.

    Voyager

Tous les japonais se déplacent à pied. Seuls les nobles et les samouraïs en mission officielle ont le droit de chevaucher sur les routes. Le palanquin est une autre solution, plus rapide et le voyageur est alors porté de relais en relais.

Lorsque passe le cortège d’un seigneur, les roturiers se prosternent dans la poussière. Leur tête doit toucher le sol. Les samouraïs doivent montrer la même déférence envers la suite d’un noble. En fait, même les chefs de clan les plus puissants sont encore d’un rang inférieur aux nobles impériaux et doivent s’agenouiller quand l’un d’eux se déplace (en revanche, les nobles sont souvent beaucoup plus pauvres que les seigneurs. Un noble peut parfaitement extorquer de l’argent à un seigneur en le menaçant de faire un voyage en même temps et au même endroit que lui. Cela obligera le seigneur à s’humilier fréquemment et le ralentira d’autant ...

Les voyageurs ont le droit de porter un wakizashi lorsqu’ils vont d’une ville à l’autre. En ville, ils doivent laisser leurs armes à l’auberge ou l’attacher de manière à ce qu’elle ne puisse être dégainée brusquement. Tous les voyageurs reçoivent un permis de voyage dans leur village ou quartier de départ. C’est une petite plaque en bois, qu’ils doivent montrer aux aubergistes et aux fonctionnaires aux frontières des provinces.

Seuls les soldats des armées impériales ou seigneuriales portent des armures. Toutes les grandes villes sont protégées par des murailles. Les portes sont fermées de nuit et ne seront ouvertes que si les gardes sont convaincus qu’il y a une urgence majeure (pour la ville, pas pour le voyageur).

Il est illégal de voyager de nuit sans lanterne allumée. Si vous courez ce risque, un garde peut parfaitement vous tuer en pensant avoir affaire à un criminel... Vous êtes mis en garde !!

    Geishas et courtisanes

Les jolies petites filles sont souvent vendues aux maisons de thé, où on leur apprend à devenir courtisanes (et serveuses). Une jeune fille douée et intelligente peut convaincre son em­ployeur de la laisser apprendre les compétences artistiques qui feront d’elle une geisha (littéralement: “personne-art”). Les maisons de thé se trouvent dans un quartier séparé de la ville. Les femmes ne sont pas autorisées à en sortir à moins d’avoir l’autorisation du propriétaire de leur contrat. Les samouraïs qui pénètrent dans ce quartier doivent laisser leurs épées aux gardes de l’entrée. Cette mesure est destinée à les empêcher de se battre pour une femme.

Certaines de ces filles Sont des paysannes vendues aux époques de famine, D’autres sont les enfants ou les jeunes épouses de joueurs pauvres qui les ont perdus aux dés. Parfois, une femme issue d’une famille de samouraï peut se vendre elle-même, afin de récupérer l’argent nécessaire pour sauver l’honneur de a famille. C’est considéré comme une action très honorable, généralement accomplie malgré les protestations des membres masculins de la famille.

Le contrat d’une enfant roturière rapporte 50 pièces d’argent au vendeur, celui d’une roturière adulte 80 pièces d’argent et celui d’une samouraï 200 pièces d’argent. Le contrat d’une courtisane expire lorsqu’elle atteint trente-cinq ans. Ceux des geishas sont valables vingt-cinq ans.

Le contrat d’une femme est parfois racheté par un de ses amants, ce qui lui permet de l’épouser. Il est très difficile d’économiser pour racheter son propre contrat. Fn effet, le propriétaire du contrat prélève 90% de ce que gagne la courtisane pour payer sa chambre, ses leçons et ses vêtements. Ce qui reste est essentiellement dépensé en parfum et bijoux.

Le contrat d’une courtisane roturière coûte 200 pièces d’argent, celui d’une geisha roturière 400 pièces d’argent et celui d’une geisha samouraï 500 pièces. Le contrat d’une courtisane ou d’une geisha à la mode peut coûter dix fois plus, en fonction de Sa réputation. C’est à peu près l’équivalent de la dot d’une fiancée.

Source et suite: Coutumes

    3 - la structure social dans les Shogun Kingdoms


    La famille

- Une famille est un groupe de persos reunis autour d'un rp, il leur faut un chef (joueur unique ou conseil).
- Les persos prete serment a leur famille.
- un perso n'est pas obligé d'appartenir à une famille. Se faisant, il aura plus de difficulté à gagner en influence parmi le systeme clanique, mais c'est faisable.
- Il peut y avoir plusieurs rangs sociaux ds une famille du simple heimin, aux samourai. Donc les rangs 1 peuvent appartenir à une famille.
- 1 famille définie une tendance RP, un objectif primaire que son historique de famille incarne. (militaire, economique, diplomate, artistique...).
- C'est le RP principal de la famille, pas le rp principal d'un joueur membre.
- Ce joueur doit juste participer régulièrement au rp de sa famille.
- Ce rp permettra aux familles de faire vivre leur organisation en clans.
- Il peut y avoir plusieurs familles dans 1 village ou une province IG.

    Le Clan

- Un clan est constitué de 1 à plusieurs familles.
- Un clan a un chef ou un conseil à sa tête.
- Le clan a pour principal but IG d'obtenir la tete de la province.
- Le clan doit soutien à toutes ses familles.
- Le clan doit tenir la gestion de la province durant le temps où il est élu grace au daimyo qu'il a mis en place.
-il peut avoir plusieurs clans (comme plusieurs familles sur une province)
- On désigne le daimyo comme chef de Clan et potentiellement de la province en cas de victoire aux élections (on pourra l'appeller shugo_daimyo dans ce cas)
- Clans et familles se structurent comme leur dirigeants et membres le souhaitent.
    Attention a ne pas confondre Perso> famille> clan

les familles ont un role principal rp, les clans sont un regroupement de familles voisines geographiquement et/ou ideologiquement. la logique veut que le clan brigue le poste de shugo daimyo pour assoir son rp et son influence (ne serait sur les autres clans de la province)

    Les rangs IG

- Les Geisha pourront etre une caste à part s'élevant de 0 à 2 puis à courtisanes pour les rang 3
- Les eta sont les rang 0
- Les heimins sont les fermiers, artisans et commercants (rang 1 et 2)
- A partir du rang 2 ou 3, le personnage peut etre samourai. c'est à dire posséder une épée.

Voici les differentes sous categories RP pour un samourai.
- Ronin: samourai sans maitre ou en pelerinage (avec autorisation de son seigneur) ou simple bandit.
- Ashigaru: heimin possedant une epee (mais pas le rang ni l'honneur pour etre samourai). ils peuvent s'appeler samourai, ca reste des heimins.
- "famille": samourai membre d'une famille connue. les heimins l'appellent Izaosan. Les familles peuvent exister à partir de 10 membres.
Izao Togashi
- "clan" : samourai membre d'une famille dans un clan. les heimins l'appellent Izaosan. Une famille membre d'un clan a plus de prestige car elle a plus de puissance et de relation. Un clan peut exister s'il a 30 membres ,ou 2 familles minimum, sur la province. cela privilégie de composer avec une famille et un minimum d'organisation.
Izao Togashi du clan du dragon.
- Sempai : samourai plus expérimenté ayant un prestige soit ds le clan et/ou ds la famille et qu'il convient d'appeler IzaoSan ou izao sempai ou sempai.
- Sensei : le maitre, ou le gardien d'une tradition familiale et qu'il convient d'appeler IzaoSama ou izao-sensei ou sensei
- Gashira : conseillers du daimyo qu'il convient d'appeler Izaosama pour les subordonnées.
- Oyabun : chef de famille, que tous les membres de la famille appelle Izaosama et que tout autre rang social inferieur doit respecter.
- Daimyo : le chef. c'est un titre (comme un duc) le daimyo peut etre le daimyo d'un clan ou le chef de province (quand son clan est élu)

4 - Le Shintô Une culture japonaise

Depuis le fond des ages, le shinto considèrent comme divin aussi bien les forces de la nature que les animaux ou encore des bushis ou personnages célèbres.
L’on surnomme notre pays shinkoku, le pays des divinités, tellement le nombres de sanctuaires y sont nombreux.

Toutes ces divinités s’appellent kami et shinto est littéralement « la voie des divinités »
Les kami inspirent à tous une crainte respectueuse, ils sont supposé être bons mais on trouve de nombreuses exceptions.
On prie les kami en plusieurs occasions, une bonne récolte ou pour obtenir la pluie ou encore pour un mariage etc…

    Pratique du Shintô

Le shintô s'est d'abord manifesté par des rites de purification par l'eau (misogi) après le contact avec la mort. Le sang est considéré comme impur dans la religion shintô et les personnes ayant un contact avec le sang doivent obligatoirement se purifier avec de l'eau sous peine de malédictions.

Le shinto connaît de nombreux pélerinages, souvent en montagne, siège des kami. La morale, très simple, consiste à éviter les gros péchés : mensonge, meurtre, adultère etc...

La vie sociale est imprégné du shintô, la communion avec la nature, où tout est sacré, les rivières ou encore les animaux et ou l’art en ai aussi inspiré.

Les combats de sumo par exemple, ou deux lutteurs s’affrontaient dans un cercle cherchant a en faire sortir son adversaire, où le rite de jeter du sel pour purifier l’arène et se balancer d’un pied à l’autre pour écraser les forces du mal, était un évènement consacré à honorer les kami.

Le théâtre Nô n'est que la récitation de légendes épiques d'inspiration shinto.

L'ikebana lui-même, l'arrangement floral, est interprété en termes de shinto : les fleurs doivent marquer par leur disposition les trois plans du ciel, de l'homme et de la terre.

Le bain en commun, o-furo, qui était mixte, est aussi perçu comme un rite de communion avec la nature.

Les Japonais célèbrent en rite shinto les évènements marquants de la vie des individus, de la communauté ou de la nation. Il s'agit de fêtes, dites matsuri, où l'on se réjouit simplement de l'existence. On cherche à avoir le coeur pur, on exhale sa gratitude pour ce que le monde a d'agréable et l'on souhaite que le bonheur soit préservé.

Les "matsuri" sont une occasion d'inviter les ancêtres défunts aux joies de la terre et de les y faire participer par l'esprit.

    Mythologie Shintô

"De l'œuf premier naît le ciel et la terre et d'autres divinités. Le premier couple divin, Izanami et Izanagi (frère et sœur), lance un éclair à partir de l'arc-en-ciel qui crée une île. Sur cette île, le couple divin incestueux dresse un pilier qui permet la réunion du ciel et de la terre."


Izanami et Izanagi créent le Japon, les kamis de la mer, des arbres et des montagnes. La création du kami du feu brûla le sexe d'Izanami qui en mourru.

Izanagi ensevelit sa sœur et tua le kami au moyen d'un sabre. Il se rend ensuite au yomotsu-kuni (royaume des ténèbres) pour demander à sa sœur de revenir. Après l'avoir vue grâce à la dent de son peigne qui illumine le royaume des ténèbres, il s'enfuit, poursuivi par sa sœur. Il ne lui échappe qu'en jetant entre elle et lui le peigne et une pêche. C'est en abandonnant ces éléments à la mort qu'Izanagi prend forme humaine. Le mythe lui donne, dans la rencontre avec la mort, le principe même de la sexuation, c'est à dire le pouvoir d'être mortel. Pour se purifier d'avoir rencontré la mort, en se lavant dans l'eau de la rivière, il fait naître d'autres divinités : de son œil gauche, Amaterasu divinité du Soleil, puis Tsukuyomi, divinité de la Lune, de son œil droit. Le mythe de la purification par l'eau est présent dans la plupart des sociétés agricoles.


Les Oni sont des créatures du folklore japonais populaire, à l’apparence souvent hideuse.
Certains villages tiennent des cérémonies annuelles pour faire fuir les oni, particulièrement au début du printemps, les gens jettaient des graines de soja à l’extérieur de leur maison et s’exclament : « Oni wa soto! Fuku wa uchi! » ( « Oni sort! La fortune rentre ! »).


    Les sanctuaires shintô

L'architecture des sanctuaires Shintô diffère fondamentalement de celles des temples bouddhiques. Devant un sanctuaire se dresse toujours un portique (torii) : il indique la nature sacrée d'un lieu, tout comme les shimenawa (cordes de chanvre), les gohei (guirlande de papier plié en zigzag), les monticules de sel ou les sillons de graviers ratissés avec soin. Les piliers sont profondément enfoncés dans le sol (mythe phallique des origines).
Le bâtiment principal (honden) est uniquement destiné à abriter les kamis. C'est un sanctuaire où les fidèles n'entrent pas. En face du honden se trouve souvent le hai-den, grand oratoire destiné aux cérémonies et réservé aux prêtres. La construction des sanctuaires se fait généralement dans des sites exceptionnels qui mettent en valeur la beauté naturelle de l'environnement.

    Comment se comporter dans un sanctuaire Shintô ?


Le bassin d'ablutions sert à se purifier avant de se présenter devant le kami. Une louche (hishaku) est mise à disposition pour se laver la bouche et les mains. On jette une pièces de monnaie dans une boites à offrandes. Puis on sonne une cloche ou on frappe plusieurs fois dans ses mains devant le sanctuaire afin d'attirer l'attention du kami. Enfin, le fidèle s'incline profondément en récitant une invocation.

    5 - Epoque de Muromachi ? Gné ?



Tout d’abord, il ne faut pas oublier que nous sommes dans un jeu histoire se passant dans UN Japon et non pas AU Japon, l’histoire déjà passée est la même, mais l’histoire future est différente, c’est à nous de la construire, il peut donc y avoir quelques anachronisme cela n’a rien de grave.

    Mais… On est en quelle année exactement là ?

Comme je te l’ai expliqué dans mon précédent guide, le jeu fait partie de la série De Gloria Regni de Celsius Online, les trois jeux seront au long terme reliés et doivent donc se dérouler à la même époque. Sur Shogun Kingdoms, lorsque nous nous sommes en 2010, nos personnages sont en 1458 (calendrier grégorien), lorsque nous seront en 2011, nos personnages seront en 1459. Ou bien encore lorsque nous seront en 2014 nos personnages seront en 1462. Nous sommes donc en plein dans l’époque de Muromachi.

    Ah d’accord ! Mais qu’est-ce que c’est l’époque de Muromachi ?

L’histoire du japon a été découpé en différentes ères, chaque nouvelle ère est dût à un changement important dans l’histoire du Japon. L’Epoque de Muromachi dura de 1336 à 1573 mais pourrait bien sûr finir plus tôt sur Shogun Kingdoms. Durant cette période, le Japon était contrôlé par des Shoguns de la famille des Ashikaga qui étaient installés à Kyōto. Cette période fut marquée par la renaissance du style chinois et une reprise des relations avec la Chine. Nous nous trouvons également en plein dans la guerre d’Ōnin.

    Guerre d’Ōnin ? C’est qui celui là encore ?

La guerre d’Ōnin est une guerre civile qui eu lieu de 1467 à 1477. Elle fut provoquée par une dispute entre un daimyô et kanrei qui dégénéra en une guerre d’envergure nationale impliquant le shogunat Ashikaga et de nombreux Daimyô. Cette guerre fut à l’origine de l’époque Sengoku.

    Vous me parlez de Daimyô, de Shoguns etc. Mais le Japon n’était pas dirigé par un empereur ?

A l’époque, l’Empereur n’était plus qu’une figure divine, il était vénéré mais n’avait plus aucun pouvoir, ce sont les shoguns qui se battaient pour le pouvoir. L’empereur actuel lui est Hikohito.

    La guerre, la guerre… Et la religion dans tout ca ?

A l’époque, il y avait deux religions dominantes : le bouddhisme et le shintoïsme. Les religions sont en soi très proches mais avec tout de même des différences. Elles cohabitent sans problème dans le Japon. Le bouddhisme est la religion de l’Empereur, alors que le Shintoïsme régit les coutumes du peuple, elle est donc la religion dominante (et IG) dans Shogun Kingdoms.

    Mais qu’est-ce que le bouddhisme ?

Le bouddhisme est une religion très ancienne qui vénère Bouddha, arrivée au Japon en 538 environ, importé par un moine coréen venu présenter sa religion à l’empereur. Il fut à l’époque, un sujet de lutte entre les deux partis se disputant la primauté à la cour, finalement l’empereur fut convaincu par un bonze bouddhiste. La population elle, ne se souciait peu de cette religion tant qu’elle ne l’empêchait pas d’adorer les Kamis. Après de nombreuses luttes, le bouddhisme sortit vainqueur de cette lutte et fut depuis, la religion de l’empereur.

    Et le Shintoïsme et les Kamis ?

Comme je l’ai dit, le Shintoïsme régit les coutumes du peuple, elle est donc dominante. Le Shintoïsme est essentiellement polythéiste, c’est une religion qui donne un caractère sacré à la nature. Le profond respect en découlant définit la place de l'homme dans l'univers : être un élément du grand tout. Ainsi, tout, un cours d’eau, un astre, un personnage charismatique, une simple pierre ou même des notions abstraites comme la fertilité peuvent être considérés comme des divinités. Comme dans beaucoup de systèmes religieux, il existe une idée de réalité supérieure et divine, dans le Shintoïsme cette réalité est peuplée d’une multitude d’êtres appelés Kamis.

    C’est bien beau tout ca, mais mon personnage, il fait quoi dans la vie de tous les jours ?

La vie quotidienne, j’allais justement y venir. Vous pouvez faire de nombreuses choses et même y lier l’IG. Vous pouvez cultiver votre terrain, une rizière ou autre chose, ou même votre élevage. Vous pouvez participer à des élections, pour le Sô ou même le Kuni, vous pouvez participez au débat ou bien autre chose. Des cérémonies religieuses, le culte des Kamis, la cérémonie du thé. Tout cela dans un RP bien sûr, vous pouvez après essayer de faire des RP plus unique parfois, comme des combats dans le dojo ou autre. Il y a une multitude de choses à faire faire à votre personnage.

    Merci! Maintenant je vais pouvoir jouer mon personnage et lui faire vivre plein d’aventures tout en étant logique RP !

Parfaitement ! Si tu cherches d’autres informations tu pourras en trouver de nombreuses dans le sous-forum « The RP world of SK ».

    6 - Un peu de Vocabulaire

Voilà qui peut toujours servir, dans le seul but d'enrichir vos rp, de contribuer à créer une atmosphère plus "nippone", à comprendre ce que disent parfois les autres ou même pour votre culture personnelle.

    Les titres : (à ajouter après un prénom/nom)

-san: C'est le suffixe le plus neutre. Si vous avez un doute, c'est celui-ci qu'il faudra utiliser. On l'utilisera notamment pour un inconnu, un commerçant...
-kun: C'est celui que l'on utilise envers un garçon plus jeune ou du même âge que soi.
-chan: on utilisera -chan envers un jeune enfant ou par extension, envers quiconque on éprouve une certaine forme d'affection.
-sama: C'est un suffixe beaucoup plus solennel. C'est une marque de profond respect quil convient d'exprimer envers un supérieur quelconque.
-senpai (on accepte aussi l'orthographe: sempai) : un Senpai est quelqu'un qui a plus d'expérience que soi dans un domaine. Il est souvent préféré à -sama lorsque d'un point de vue hiérarchique, ils sont sur un pied d'égalité
-sensei: Il s'agit ici d'un rapport d'élève à maître. On l'utilise pour un professeur, mais également pour un médecin, en vertu de sa science. En ce sens, il est un peu utilisé comme -sempai, mais en beaucoup plus intense.
-dono :Il s'emploie couramment entre deux nobles, seigneurs, maitres, etc., de même rang. N'est plus utilisé de nos jours sauf dans certains mangas historiques

    Présentations

Ohayô gozaimasu : bonjour (le matin)
Konnichi wa : bonjour (après 10h)
Konban wa : bonsoir ( se prononce "komba wa")
oyasumi nasai : bonne nuit
Sayônara : Au revoir/Adieu
Mata aimashou : A bientôt
Mata ne : A plus (familier mais courant)
Mata ashita : A demain
hajimemashite : Je me présente, permettez moi de me présenter, ne veux pas dire "enchanté" mais est suivi généralement du nom de la personne qui se présente. Ex : Hajimemashite. Akihiko desu = "Je me présente, je m'appelle Akihiko"

    Formules de politesse

Arigatô : Merci. (arigatô gozaimasu = Merci beaucoup)
Dômo : Merci (moins formel, signifie aussi aurevoir)
Onegaishimasu : S'il vous plaît
sumimasen : Pardon, excusez-moi
Gomen nasai : Je suis vraiment désolé (gomen tout seul est plus familier)

    En gargotte, à table

Kanpai : Santé ! (se prononce : Kampaï)
Itadakimasu : Bon appétit !

    Les expressions courantes et indispensables

Hai : Oui
Iee : Non
Wakarimashita : J'ai compris / Ok (dans le sens qu'on vous as demandé quelque chose)
Sô desu ka : Ah bon ? C'est vrai ?
Dôzo : Entre, bienvenue (se dit quand on invite quelqu'un à entrer chez soi)
Omedetô : Félicitations ! Bravo !
Ittekimasu : J'y vais, je sors (se dit lors qu'on part de chez soi à la personne qui reste à la maison)
Tadaima : C'est moi ! Je suis rentré ! (se dit lorsque l'on rentre à la maison, et que l'on s'adresse à la personne que l'on quitté précédemment)
Yata : Génial ! Super !
Chotto : Un instant / Attends 2 secondes
Ai shiteru : Je t'aime (ben quoi ca peut servir...)

    La famille

Onee-san / Onee-chan : grande soeur. Ce suffixe, bien que s'employant pour la véritable soeur peut s'utiliser pour une personne qu'on aime beaucoup et qui est généralement plus âgée.
Onii-san / Onii-chan : grand frère. Les petites filles emploient généralement le « chan » et les garçons le « san ». Quand on rajoute le prénom (pour Onii ou pour Onee), on enlève le « O ».
Imouto-chan / Imouto-san : petite soeur. Il s'emploie peu quand on s'adresse directement à la personne concernée.
Ototo-san / Ototo-kun : petit frère.
Okâ-san: mère, maman = haha
Otô-san : père, papa = chichi
Oji-san / Oji-chan : oncle, tonton.
Oba-san / Oba-chan : tante, tata.
Ojii-san / Ojii-chan : grand-père. Jii employé comme suffixe signifie Papy, vieillard.
Obâ-san / Obâ-chan : grand-mère. Baa employé comme suffixe signife Mamy, grand-mère.

    Domaine de la Guerre

    Hiérarchie militaire/politique :

Mikado= L'Empereur
Shogun= Le Seigneur militaire du Japon (y voir un général très puissant, détenteur du pouvoir réel)
Daimyo = Gouverneur/Seigneur feodal. Dirige une province, une région, ou une ville.
Gashira = conseillers du daimyo
Samurai = membre de la classe dirigeante guerrière, sensiblement équivalent à Bushi.
Ronin = Samurai indépendant, sans allegéance
Kokushi= sorte de connétable, gouverneur militaire provincial
Gunki = Troupe Provinciale
Ashigaru = Soldat, fantassin de base, généralement des paysans enrôles dans des milices avec un équipement légers. Ils forment des corps armés de soutien indispensables dans les grandes batailles
Heimin = paysans et artisans
Eta = serfs
Kuge = Noblesse Impériale, qui se devait d'être présente une bonne partie de l'année à la Cour Impériale. (daimyo, shogun, et leurs familles généralement)
Bakufu = Gouvernement militaire du Shogunat (siègeant généralement à Kyôtô)
Buke = Noblesse militaire du Bakufu (samurai)
    Le Clan :

Uji = Le clan, l'unité de base du pouvoir
Uji no kami = chef de guerre du clan
Ujibito = membre du clan
Ujigami = divinité du clan
Oyabun = chef de famille, que tous les membres de la famille appelle Izaosama

    Armes et coutûmes militaires

Seppuku = Suicide rituel et hautement symbolique. Acte d'honneur que l'on réserve aux prisonniers de guerre de rang ou que l'on estime grandement. Issu du Bushido
Katana = Sabre long mais hors contexte à cette époque
Wakizashi = Sabre plus court que le Katana mais tout aussi sacré et utilisé par les Bushis.
Yumi= Arc

    Nihon go : la langue japonaise et ses spécificités

Parler japonais, pour un francophone, c'est simple, l'écrire, c'est une autre histoire, et l'un ne se fait pas sans l'autre, et je n'ai pas la prétention de faire un cours de nihon go (=le japonais en tant que langue) sans enseigner les hiragana (syllabaires), katakana (système d'écriture phonétique réservé aux mots d'origine étrangère) et les fameux kanji (idéogrammes hérités de la culture chinoise).

Mais nous avons la chance, heureux occidentaux qui n'avons que 26 malheureuses lettres de l'alphabet gréco-romain à apprendre au cours de notre vie, tandis qu'un Japonais d'éducation moyenne doit mémoriser plus de 3000 idéogrammes chinois ! (leur apprentissage continue au delà de 25 ans!), sans parler de l'art d'écrire (chaque "trait" est écrit dans un ordre précis, dans un mouvement et une vitesse calculée. Ne pas respectez un ordre de tracé peut compromettre l'identification de l'idéogramme)

Voilà pourquoi le système de transcription rômaji (dérive de "romain") a été inventé pour permettre aux occidentaux de comprendre et prononcer le japonais.

Tous les mots que vous lisez en japonais comme konnichi wa, sont des rômaji...totalement incompréhensibles et illisibles pour un japonais. Alors c'est vrai, si vous allez au japon, vous verrez un peu partout quelques lettres latines mais dans un unique but récréatif ou pour le côté exotique et "fashion".

Pour être allé au Japon, un restaurant qui a dans sa carte de menu écrit : "Paris" ou "Champagne", ne veut pas dire restaurant français, mais plutôt restaurant chic pour hommes d'affaires aisés !...et y a pas forcément de champagne !

    Prononciation

Oui, parce que le système rômaji est sensé se rapprocher le plus fidèlement possible du japonais, il existe, comme tout système de retranscription, une phonétique associée.

U se rapproche du son [OU] "goku" se lit "gokou"
E: se rapproche du son [É] "mate" se lit "maté"
GI: se rapproche du son [[b]GUI][/b] "kagi" se lit "kagui"
GE: se rapproche du son [GUÉ] "geta" se lit "guéta"
J: se rapproche du son [DJ] "kaji" se lit "kadji"
SH: se rapproche du son [CH] "shamisen" se lit "chamisen"
CH: se rapproche du son [TCH] "chotto" se lit "Tchotto"
J: se rapproche du son [DJ] "kaji" se lit "kadji"
R: se rapproche du son [L] "arigatô" se lit "aligatô" (c'est un R roulé, pas un R anglais, ni un R espagnol, remplacez les R par des L, ca sera plus simple)
W se prononce comme dans William. "Wakata" se lit "Ouakata"
H le H est toujours aspiré comme en anglais.
S: se rapproche du son [SS] "kasa" se lit "kassa" et non "kaza"

La lettre u, placée en fin de syllabe et en fin de mot et précédée d'un "s" comme :"gozaimasu" est une voyelle invisible.
"gozaimasu" se lit "gozaïmass"
"desu" se lit "dess"
"Ittekimasu" se lit "Ittekimass"

Et pour finir, les syllabes longues et brèves.

"koko" se distingue de "kôkô" qui sont des "o" longs.
Exemple : "Dômo" se lit "doo" + "mo !"

On essaye ? Essayez de prononcer : Ohayô. On commence par un "o" simple..puis un "ha" en essayant d'aspirer le h, et enfin un yô long, c'est à dire qui dure 1 seconde de plus, imaginez deux "oo" ou trois "ooo".

Mais dites moi, vous savez parler japonais maintenant ?

Ah, et n'oubliez pas que certains sons...n'existent pas dans la langue japonaise comme le son "an" de "rantanplan", le son "u" de "rue", le son "eu" de "queueleuleu" et certaines syllabes que vous n'entendrez jamais comme le son "di" de "dico" ou le son "si" de "siffler".

    Sens d'écriture

Le japonais peut écrit verticalement (écriture traditionnelle) ou horizontalement (écriture contemporaine). Un texte écrit verticalement se lit de droite à gauche tandis qu'horizontalement on lit de gauche à droite. L'écriture horizontale est prônée par l'Education Nationale Japonaise, influencée par l'Occident.

......
.......
g a
o r
z i
a g
i ô t
m
a
s
u


→① アリガト
Arigatô

→② ゴザイマス
gozaimasu
_________________


Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Mar 4 Oct - 18:40 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum shito-ryu Index du Forum -> ¤ Shogun Kingdoms ¤ -> Tutaux Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com